home
forum
magazine
features
reviews
interviews
events
links
gallery
whoweare

Ballet de l'Opéra de Paris

'Giselle' - 15 juillet 2003

par Audrey Delsanti

Palais Du Garnier, Paris

Agnès Letestu (Giselle) – Jean-Guillaume Bart (Albrecht) – Marie-Agnès Gillot (Myrtha) – Yann Bridard (Hilarion)


Je dois dire que les distributions étant très complémentaires, cela m'a permis au final de voir danser pas mal de monde que je rêvais de voir dans ce ballet.

Agnès Letestu a en effet une façon très particulière d'aborder le rôle, ce qui donne une autre vision du ballet. Elle campe une Giselle pleine de fougue et avec une forte personnalité, bref, elle n'en fait qu'a sa tête, au grand dam de sa maman. On dirait qu'elle badine avec Loys plus que de rencontrer véritablement le premier amour de sa vie. Je trouve que Jean-Guillaume Bart (Albrecht) est un très beau danseur avec une technique admirable (et beaucoup de prestance, ce qui ne gâche rien). Cependant, je trouve qu'il a l'image un peu trop lisse du Prince de contes de fées... il a un côté un peu trop "propret" a mon goût, presque trop manichéen qui fait que j'ai plus de mal a concevoir que le personnage puisse avoir ses failles sur le plan humain.

Agnès joue sa Giselle plus dans la révolte et le rejet total que dans le désespoir fou, dans la scène de folie, J'ai apprécié tout de même avec beaucoup de plaisir la version Letestu/Bart, même si leur interprétation penchait plus du cote de la pantomime que de la performance d'acteurs. Le niveau d'émotion était pour moi sans commune mesure samedi pour le couple Maurin/Pech, mais cela est bien entendu très personnel.

J'ai bien aime Mélanie Hurel dans le pas de deux des vendangeurs. Mallory a danse tres proprement, de facon beaucoup plus detendue que samedi. J'ai en revanche été très déçue par Yann Bridard en Hilarion, qui avait l'air un peu trop "relax". Il n'avait pas l'air très affolé qu'on lui chipe sa Giselle, on avait l'impression qu'il râlait seulement pour la forme, avec une certaine mollesse. Même nonchalance a la découverte de l'épée, son stratagème se voyait gros comme une maison.

Le deuxième acte était magistral. Sur le plan esthétique, c'est un vrai cadeau d'avoir a la fois deux superbes danseuses telles qu'Agnès Letestu et Marie-Agnès Gillot sur scène. Leurs techniques sont un régal a regarder, et au niveau interprétation, leur confrontation fonctionnait très bien. J'ai trouve Marie-Agnès majestueuse. Elle était ferme et souveraine, sans verser trop dans la dureté froide. Alors que la façon d'Agnès de voir le premier acte n'est pas forcement le plus dans ma sensibilité, j'ai été littéralement conquise par son 2eme acte, tout en délicatesse. J'aime aussi sa façon de danser le buste parfois légèrement en avant. Sinon, pour les deux Willis, j'ai aimé Vanessa Legassy, mais j'ai par contre été un peu déçue par Emilie Cozette, que je voyais pour la première fois. Jean-Guillaume a été impeccable a tout point de vue (un peu trop a mon goût).

Une fin de saison en apothéose !

Edited by Catherine Schemm

Please join the discussion in our forum.

Archives
2003
2002
2001
2000
1999


You too can write a review. See Stuart Sweeney's helpful guide.

For information on how to get reviews e-published on Critical Dance see our guidelines.
Comment publier des textes sur la page des critiques de Critical Dance cliquez ici.

Submit press releases to press@criticaldance.com.

For information, corrections and questions, please contact admin@criticaldance.com.