home
forum
magazine
features
reviews
interviews
events
links
gallery
whoweare

Ballet de l'Opéra de Paris

'Giselle' - 9 juillet 2003

par Sulian Neville

Palais Du Garnier, Paris

Distribution : Elisabeth Maurin (Giselle) – Kader Belarbi (Albrecht) – Stéphanie Romberg (Myrtha) – Wilfried Romoli (Hilarion)


D’abord, j’étais contente de voir ou plutôt d’entendre que l’orchestre a mieux joué que le 8 juillet. Même la scène de la « folie » m’a parue meilleure, elle a été jouée avec plus d’intensité il me semble.

Le corps de ballet a été excellent, encore mieux que lundi lui aussi, notamment au niveau de la synchronisation des développés secondes lors de la danse des vendangeurs, et plus léger lors du passage avec les arabesques au second acte. Les alignements étaient parfaits, et cela rendait très bien dans l’acte II.

Les deux willis ont très bien dansé, leurs variations étaient très réussies, Berthe était encore une fois bien interprétée, mais j’ai trouvé Alexis Renaud moins convaincant que Jean-Christophe Guerri en écuyer, il semblait moins dans le personnage et peut-être un peu plus artificiel.

Le pas de deux des paysans était absolument magnifique, et bien que , en effet, il y ait eu quelques petits problèmes (un porté un peu limite, et une pirouette mal rattrapée), il me semble que ces détails sont négligeables devant la grande beauté de tout le reste. Dorothée Gilbert et Mallory Gaudion étaient calmes, élégants, parfaitement ensemble pendant leur entrée, c’était même hallucinant, ils étaient non seulement parfaitement synchronisés, mais ils faisaient tout exactement de la même manière aussi, les sauts à la même hauteur, les jambes aussi, tous les mouvements m’ont semblé parfaitement identiques, c’était vraiment incroyable. En plus de cela, Mallory avait une batterie extraordinaire, des sauts magnifiques, et de très beaux tours. Quant à Dorothée, elle a de superbes équilibres, des arabesques penchées magnifiques ainsi que de très belles attitudes. Elle était rapide, légère, agile, vive, c’était vraiment un plaisir de la regarder. En conclusion, j’ai trouvé encore une fois ce pas de deux très agréable à voir.

Wilfried Romoli était toujours aussi bien en Hilarion. De très beaux sauts lui aussi à l’acte II avant sa mort.

J’ai trouvé Stéphanie Romberg très convaincante en Myrtha, elle était très différente de Delphine Moussin, mais pour moi les deux interprétations se valent. Stéphanie Romberg était beaucoup plus vive et incisive que Delphine qui était plus sévère, plus austère. Cependant, Stéphanie était une reine qui savait se faire respecter, elle avait également beaucoup d’autorité, cela se ressentait d’une manière différente. J’ai trouvé cela très intéressant. Ses grand-jetés étaient aussi magnifiques, mais d’une manière différente, elle semblait voler de l’un à l’autre, atterrir et rebondir. Ses équilibres étaient également superbes, ses piétinés très réussis, bien qu’ils ne donnaient pas le même effet que ceux de Delphine Moussin, et elle fait un très bon usage de sa tête, j’ai trouvé ses port de tête et épaulement vraiment très beaux. C’était donc une très belle Myrtha et je suis contente de l’avoir vue dans ce rôle.

Kader Belarbi était bien dans le rôle d’Albrecht, ses sauts étaient magnifiques aussi, son interprétation était tout à fait crédible, cependant, j’ai préféré celle de Nicolas le Riche. En effet, ce dernier, lors de la scène de la « folie », a pris Giselle dans ses bras au début, a tenté de la rassurer, et ensuite aussi, tandis qu’à aucun moment Kader Belarbi ne touche Giselle pendant cette scène. Il essaie de faire quelque chose, mais il ne sait pas trop quoi. Peut-être est-ce un signe d’un plus grand sentiment de culpabilité, de responsabilité, de désespoir, ce qui est louable, mais je préfère quand même l’interprétation de Nicolas Le Riche, je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que cela pourrait aussi être le signe d’une plus grande hypocrisie et d’un faux sentiment envers Giselle. La batterie de Kader était aussi très bonne cependant ses entrechats étaient beaucoup moins impressionnants que ceux de Nicolas Le Riche, mais pas pour une raison technique car ils étaient très bien, nets, bien battus. J’ai bien aimé la façon dont Kader prend toutes les fleurs à la fin et les laisse tomber petit à petit en s’éloignant. Il était très bien, très crédible, très convaincant.

Elisabeth Maurin était vraiment très bien en Giselle, je n’ai pas été déçue du tout, c’est le moins qu’on puisse dire. Techniquement, j’ai trouvé qu’il y avait assez peu de différence avec Laetitia Pujol, peut-être juste qu’Elisabeth était un peu moins vive, mais vraiment, je n’ai pas vu beaucoup de différence, elle a fait de superbes équilibres, quelques tours en attitude étaient terminés un peu tôt, mais à part ça, rien à dire, c’était vraiment très bien peut-être même parfait. Point de vue interprétation, bien que Laetitia Pujol soit très bien, j’ai préféré Elisabeth Maurin, elle semblait plus naturelle, rien n’était exagéré, et en même temps, tout y était. La jeunesse, la timidité, la joie de vivre, tout. Pour les ballonnés, j’ai trouvé que Laetitia les avait très bien faits, mais je n’avais pas beaucoup aimé le fait qu’elle tienne toujours sa robe de ses deux mains, même lorsqu’elle fait les attitudes et qu’elle tend la main vers Albrecht. Elisabeth Maurin ne les a pas forcément mieux faits, mais le fait qu’elle lâche sa robe pendant les attitudes était plus naturel et plus esthétique à mes yeux. Quant à ses bras, j’ai trouvé qu’à certains moments, les coudes étaient un peu trop cassés en couronne, mais cela fait aussi partie du style romantique sinon, aucune raideur, c’était très beau. J’ai donc beaucoup apprécié Elisabeth Maurin en Giselle.

C'était donc encore une magnifique soirée.

Edited by Catherine Schemm

Please join the discussion in our forum.

Archives
2003
2002
2001
2000
1999


You too can write a review. See Stuart Sweeney's helpful guide.

For information on how to get reviews e-published on Critical Dance see our guidelines.
Comment publier des textes sur la page des critiques de Critical Dance cliquez ici.

Submit press releases to press@criticaldance.com.

For information, corrections and questions, please contact admin@criticaldance.com.