home
forum
features
reviews
interviews
events
best-of
links
gallery
whoweare

Manuel Legris et les solistes de l’Opéra de Paris

'Return to a Strange Land,' pas de deux de 'La Sylphide,' pas de deux du 'Magnificat,' variations sur 'Carmen,' pas de deux du 'Corsaire'

by Marc

25 juillet 2003 - Les Baux de Provence

Terne et ennuyeuse soirée que ce spectacle de Manuel Legris et ses étoiles du XXIème siècle dans la Cathédrale d’Images des Baux de Provence le vendredi 25 juillet.

Tout commence avec un extrait de Return to a strange land que Jiri Kylian a chorégraphié pour le ballet de Stuttgart en 1975 sur de mélancoliques pièces pour piano de Léos Janacek. Muriel Zusperreguy, Stéphane Bullion et Yann Saïz semblent gênés par l’étroitesse du plateau, le tout manque de précision mais on apprécie la présence de la danseuse peu aidée en revanche par le manque de style de ses partenaires.

Laurence Laffon se révèle décevante dans le pas de deux de La Sylphide et semble complètement dépassée par les événements. Elle a du mal à sauter, ce qui dans du Bournonville est quand même gênant, a des problèmes de pieds et surtout n’a aucun contact avec son partenaire Bruno Bouché. Ce dernier nous présente une jolie variation, il a un bon saut qui manque encore de moelleux et de jolies pirouettes. On peut juste regretter son jeu maniéré.

Elisabeth Platel et Yann Saïz dans le pas de deux du Magnificat. Et là franchement on se pose des questions... J’ai un immense respect pour la carrière de cette danseuse étoile mais on peut se demander ce qu’elle fait encore sur scène. Elle semble désorientée, peu sûre d’elle. Elle a des problèmes techniques notamment avec ses grands pliés et le tout a l’air franchement très laborieux. Triste de voir une telle prestation après une si exceptionnelle carrière.

Heureusement Manuel Legris arrive avec ses Variations sur Carmen présentées pour la première fois en France cette création de Roland Petit permet au danseur étoile d’interpréter Don José, Escamillo, Carmen et la mort... Legris est magnifique d’aisance et de précision. Il a un charisme que je ne lui connaissais pas et séduit le public. Un danseur exceptionnel qui transcende la chorégraphie de Roland Petit.

Après l’entracte le pas de deux du Corsaire avec une Muriel Zusperreguy précise, virtuose et un Stéphane Bullion qui se montre un excellent partenaire. Encore une fois aucun contact entre les deux danseurs, ils sont pourtant censés nous raconter une histoire non ? Elle a un joli travail et semble être une danseuse intelligente qui pourtant ne se laisse pas suffisamment aller. On a envie de la voir s’éclater et on voit une danse bien propre qui manque de coeur et d’âme, bref de personnalité. Lui a des problèmes avec ses épaules et on a l’impression qu’il ne sait pas où regarder. Là aussi rien de bien enthousiasmant.

Un autre solo de Legris ensuite, Angel, chorégraphié par Renato Zanella. Un plaisir de voir une telle maîtrise technique. Un danseur au sommet de son art. Il a l’expérience, la maturité. Un beau moment.

Enfin je passerai charitablement sur la prestation d’Elisabeth Platel dans le pas de six de Raymonda qui terminait la soirée....

Une soirée vraiment décevante malgré la beauté de l’endroit et les prestations de ce grand danseur qu’est Manuel Legris.

Edited by Catherine Schemm

Please join the discussion in our forum.

Archives
2003
2002
2001
2000
1999


You too can write a review. See Stuart Sweeney's helpful guide.

For information on how to get reviews e-published on Critical Dance see our guidelines.
Comment publier des textes sur la page des critiques de Critical Dance cliquez ici.

Submit press releases to press@criticaldance.com.

For information, corrections and questions, please contact admin@criticaldance.com.